Comparez gratuitement

Les tarifs d'assurance en hausse en 2024

12 déc. 2023 Stéphanie Duraffourd 370 vues

Prix des assurances 2024

Sous la pression de la sinistralité, des augmentations inévitables

Le pouvoir d’achat des ménages risque à nouveau d’être mis à mal en 2024. La conjoncture économique associée à la sinistralité pèseront l’an prochain encore sur les tarifs des assurances de particuliers. Dans ce contexte, Assurland.com rappelle que la comparaison et le changement d’assureur demeurent un levier crucial pour réaliser des économies sur ce poste de dépenses.

 

Des hausses comprises entre 3,5 et 6 %

Les estimations de tarifs 2024 d’Assurland.com, leader des comparateurs d’assurances en ligne, sont les suivantes :

•    + 5 à 6 % en assurance habitation

•    + 3,5 % en assurance auto 

•    + 4 % en assurance santé

1. Assurance habitation : le poids des intempéries

Les violentes intempéries qui ont frappé la France cet automne vont peser sur les tarifs d’assurance habitation l’an prochain. Les dégâts dus aux tempêtes et aux inondations sont estimés à près de 2 milliards d’euros (1,3 milliard pour Ciaran et Domingos, 550 millions pour les inondations). Prises en charge en partie par les assureurs, ces sommes risquent de peser sur les factures des cotisants dès l’an prochain. Sans compter que les coûts de réparation (main d’œuvre, matériaux…) sont de plus en plus importants. 

Aussi, Assurland.com estime que les tarifs d’assurance habitation devraient augmenter de 5 à 6 % l’an prochain. Une hausse qui n’avait pas été constatée depuis plus de dix ans.

Le Gouvernement pourrait en outre prendre la décision de rehausser le niveau de surprime « Catnat », aujourd’hui fixée à 12 % sur les contrats MRH et 6 % sur les contrats auto possédant une garantie « Dommages ». Le secteur assurantiel plaide en effet pour passer de 12 à 18 voire 19 %. Si cette décision est politiquement difficile à prendre, elle permettrait de soulager le fonds d’indemnisation des catastrophes naturelles qui est en déficit. Mécaniquement, les contrats sur lesquels sont prélevés cette taxe s’en verraient réhaussés. 

Aujourd’hui, cette surprime représente en moyenne 27 euros par an sur une assurance habitation1. Sa revalorisation à 18 % ferait passer le prélèvement à près de 41 euros, et donc le prix moyen d’un contrat à 268 euros par an.

2. Assurance auto : des véhicules plus chers à réparer

Les véhicules sont eux aussi soumis à l’augmentation des coûts de réparation. Plus de technologies embarquées, plus de voitures électriques sur les routes, une main d’œuvre qui se raréfie… Ainsi, en cas de dommage matériel, le prix des réparations s’envole, avec une hausse estimée à 8,42 %2.

Ce poids financier se répercutera sur les tarifs des assurances auto en 2024, avec une augmentation estimée à + 3,5 % d’après Assurland.com.

On attend également la décision du Gouvernement sur la poursuite ou non de la suppression de la taxe sur les contrats d’assurance auto pour les véhicules électriques. Si elle est bien supprimée jusqu’au 31 décembre de cette année, l’inconnue demeure toujours pour l’an prochain. Un amendement proposant un maintien partiel de la mesure a été déposé dans le PLF 2024. Voté par les députés, il a été retoqué par les sénateurs. Reste à connaître le vote final pour savoir si les nouveaux propriétaires de véhicules électriques continueront de bénéficier de la suppression de la TSCA (taxe spéciale sur les conventions d’assurances) en 2024. Ce dispositif représente une économie de 20 à 25 % sur une assurance au tiers et de 12 à 15 % sur une formule tous risques.

3. Assurance santé : des dépenses à compenser

Ce secteur fait face de façon inéluctable au vieillissement de la population et à l'amélioration des technologies médicales, ainsi qu’à l’augmentation du prix des soins (+ 4,8 % en 20223). Cette année, les complémentaires santé ont également dû absorber un transfert de dépenses de la Sécurité Sociale de 500 millions d’euros sur les soins dentaires. Elles ont donc annoncé de fortes augmentations à venir sur ce produit.

Les tarifs d’assurance santé devraient donc augmenter d’environ 4 % l’an prochain selon les estimations d’Assurland.com.

Le ministre de la Santé, Aurélien Rousseau, s’est par ailleurs récemment exprimé sur le sujet : « Une augmentation de 4 à 5 % serait logique ». Si le Gouvernement n’a pas le pouvoir de réglementer les tarifs des assureurs, cette pression politique devrait aider à contenir la hausse des tarifs en santé.


Faire jouer la concurrence, le véritable juge de paix

Dans un contexte haussier, Assurland.com rappelle que la concurrence est un régulateur crucial.

Recourir à la comparaison et changer d’assureur tous les 24 à 36 mois environ est un moyen facile et efficace de faire baisser le prix de ses contrats. Les assureurs cherchent en effet à attirer de nouveaux clients à l’aide d’offres commerciales attractives (mois de cotisations offerts, options gratuites, frais de dossiers pris en charge…). 

La loi Hamon, qui permet de résilier son contrat à tout moment après un an et de confier les démarches administratives au nouvel assureur, facilite en outre grandement le changement.


1 Sur la base du prix moyen d’un contrat d’assurance habitation, soit 227 euros – Étude Assurland.com, 2023

2 Evolution entre juillet 2022 et juillet 2023 – Source SRA

3 « Les dépenses de santé en 2022 », édition 2023 - DREES

bloc-cta-car
Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance auto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

La logothèque d'Assurland

Vous souhaitez télécharger l'un de nos logos ?
Recherchez-le dans la liste ci-dessous afin de l'enregistrer sur votre ordinateur, tablette ou smartphone.

Notre banque d'images

Vous trouverez ci-dessous les photos de nos porte-paroles à télécharger.

Stéphanie DURAFFOURD
Olivier MOUSTACAKIS