Communiqués de presse de l'assurance

Voitures brûlées : peu d'impact pour les assurances

Publié par le , Mis à jour le 15/01/2020 à 12:05

« Tradition » du Nouvel An, des centaines de voitures ont brûlé dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier. Assurland.com, leader des comparateurs d’assurances en ligne, explique pourquoi cela a peu de conséquences économiques pour les assureurs.

2,5 % des voitures brûlées le sont le 31 décembre

Chaque année, le nombre de véhicules incendiés la nuit de la Saint Sylvestre oscille autour du millier. Impressionnant ? Si brûler des voitures marque l’inconscient collectif, ce millier de voitures ne représente qu’environ 2,5 % du total des voitures qui brûlent chaque année, soit 40.000 automobiles.

Une infime partie des voitures assurées

En 2018, 42,6 millions de véhicules dits légers étaient couverts par une assurance pour 17,56 milliards d’euros de cotisations, et 8,6 millions de sinistres dommages automobiles ont été déclarés*. Les voitures incendiées au Jour de l’An ne représentent donc que 0,01 % maximum des sinistres déclarés sur un an.

Dans les faits, une grande partie de ces voitures brûlées soit ne sont pas couvertes par l’assurance incendie, soit ont des valeurs « Argus » faibles, avec un impact financier marginal pour les assureurs.

Que faire en cas de véhicule incendié ?

Pour être indemnisé en cas d’incendie de son véhicule, il faut avoir souscrit l’option « garantie incendie ». Celle-ci est absente des contrats dits « au tiers », et est le plus souvent incluse dès les formules intermédiaires incluant le vol. A condition que l’incendie ne relève pas de la fraude à l’assurance, ce que pourra déterminer une enquête de police ou un expert envoyé par l’assureur.

 

*Chiffres 2018 de la Fédération Française de l’Assurance

 

 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.