Revue de presse

Que penser des assurtechs ?

Publié par le , Mis à jour le 04/02/2021 à 16:36 , Source : Capital

Les assurtechs, on valide ou pas ?

Les néoassureurs sont arrivés sur le marché de l'assurance habitation en 2017. Depuis, ces jeunes pousses ont démontré leur attractivité et ne cessent de lever des fonds. Quelles sont les différences avec les assureurs traditionnels ? Peuvent-elles renverser le marché ? Réponses dans cet article de Capital.fr.

Les assurtechs, des entreprises dynamiques

Parmi les dernières opérations en date, Luko vient d'annoncer une levée de 50 millions d'euros. Leocare et Lovys ne sont pas en reste avec respectivement 15 et 17 millions d'euros levés récemment. Le nombre de clients montre également que ces start-ups commencent à trouver de l'intéret auprès des assurés. Luko a dépassé les 100 000 clients et Lovys, qui en est pour le moment à 20 000, a pour objectif de dépasser ce chiffre en fin d'année. Enfin, Lemonade, cotée à la bourse américaine avec 1 million de clients, vient d'arriver sur le marché français avec de grandes ambitions. 

Ces nouveaux assureurs ont l'objectif d'apporter un service fluide et modulable directement depuis le smartphone de l'assuré. Ainsi, plus besoin de passer du temps pour avoir un conseiller en ligne, ou à se déplacer en agence. Les garanties et options sont directement visibles sur le téléphone. La promesse est également de pouvoir déclarer le sinistre directement sur l'application mobile, en téléchargeant photos, vidéos et documents. Finalement, ces assurtechs ont pris un virage plus rapide que les assureurs traditionnels qui ont mis plus de temps à moderniser leurs process. 

Côté cible, "Ces acteurs ne ciblent pas l’ensemble du marché français. Ils visent les jeunes actifs des catégories socio-professionnelles supérieures. Ils représentent une niche suffisante pour se faire une place dans le paysage concurrentiel" explique Stanislas di Vittorio, cofondateur d'Assurland.com, à Capital.fr.

Face aux promesses de rapidité sur la gestion des sinistres, l'article revient également sur les garanties proposées dans les contrats et propose un tableau comparatif de 4 néoassureurs. Finalement, peu d'innovation sur ce point. Les contrats sont à peu près équivalents d'un assureur à l'autre. La différence tient donc essentiellement au prix. Luko affiche entre 15 et 20 % moins chers que les assureurs traditionnels, Lovys promet des contrats d'assurance habitation encore moins chers, avec des économies comprises entre 20 et 30 %. 

Qu'en pense Assurland.com ?

Pour savoir si une assurance est rentable, il faut regarder du côté du ratio prime sur sinistre. “A leur lancement, L’olivier (filiale du groupe Admiral) récoltait deux moins de primes qu’il ne distribuait de remboursement. Soit 2 de ratio. Cette proportion s’est ensuite rapprochée de 1 dans les années qui ont suivi”, explique Stanislas Di Vittorio. Pour ces assurtechs, il faudra donc attendre quelques années avant de vérifier qu'elles sont bien installées sur le marché de l'assurance française.

Et concernant leur succès, le fondateur d'Assurland.com explique que "Les Français sont assez conservateurs et ont encore du mal à passer à la gestion totalement dématérialisée de leur assurance. Lorsque le sinistre survient, on est bien content de pouvoir parler à quelqu’un.Ce qui n’entraverait pas leur pérennité, poursuit-il : “Le marché de l’assurance habitation est si développé en France que détenir une niche de 1% du marché, très digitalisée, c’est déjà mettre la main sur 300.000 clients.”.

L'intégalité de l'article est à lire ici : https://www.capital.fr/votre-argent/assurance-habitation-ce-que-vous-promettent-les-nouveaux-acteurs-sur-mobile-et-leurs-limites-1392654

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance auto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.
 

QUI SOMMES-NOUS ?

CONTACT