Revue de presse

RAC 0 : les mutuelles sont surveillées

Publié par le , Mis à jour le 25/01/2019 à 17:18 , Source : Challenges

Les organismes de complémentaire santé se sont engagés à ne par augmenter leurs tarifs dans le cadre de la réforme du Reste à charge zéro. Mais certains acteurs du secteur restent septiques et prévoient des répercutions sur les consommateurs…

Un coût supplémentaire pour les mutuelles sans augmenter les tarifs ?

Selon la volonté du gouvernement, la Sécurité Sociale et les mutuelles santé devront rembourser intégralement les frais de santé des français, concernant les frais optiques, dentaires et d’audioprothèses.

Une nouvelle que n’ont pas vu d’un très bon œil les acteurs de la santé, assureurs et mutuelles santé. Avec un coût évalué à 1 milliard d’euros, la réforme risque de coûter cher aux acteurs du secteur, faisant craindre une envolée des prix de ces contrats.

C’est pourquoi le gouvernement a appelé les assureurs et mutuelles à ne pas augmenter leurs tarifs. « J'ai demandé aux fédérations des mutualistes et des assureurs de remettre de l'ordre dans leurs rangs et de ne pas utiliser ce prétexte pour augmenter leurs tarifs », a déclaré Agnès Buzyn, ministre de la Santé sur franceinfo. Ces derniers se sont alors engagés à stabiliser leurs tarifs.

Une promesse qui semble pourtant compromises pour certains experts du marché. A commencer par UFC Que Choisir qui s’alarme sur les premières tendances des tarifs de mutuelle 2019. Selon certains assurés interrogés par l’association de consommateurs, il y aurait déjà une « envolée des cotisations ».

Du côté des comparateurs, hors une légère hausse en début d’année, ce qui n’a rien d’anormal avec la revalorisation de cotisations en cette période, Stanislas di Vittorio, DG d’Assurland.com table quant à lui pour 2019 pour une hausse de l’ordre de 2 à 3 %. Des hausses justifiées par le vieillissement de la population, les progrès de la recherche médicale et des nouvelles technologies également.

Mais quelqu’un devra bien payer le reste à charge 0, et les regards se tournent inexorablement vers les assurés. Etant donné que cette réforme a un coût, ce dernier devra bien être répercuté sur quelqu’un. Si les assurés sont amenés à absorber le cout de la réforme, « elle affectera certainement davantage les personnes âgées, globalement plus concernées par ce type de prothèses, que la clientèle plus jeune que les mutuelles et assureurs ne voudront pas perdre », parie Stanislas Di Vittorio.

https://www.challenges.fr/entreprise/sante-et-pharmacie/mutuelles-le-reste-a-charge-zero-fera-t-il-bondir-les-prix_638337

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.