Assurance habitation

2 500 plaintes de locataires et propriétaires recensées en 2020

Publié par le , Mis à jour le 23/02/2021 à 15:01

Pour 2020, la Confédération générale du logement (CGL) a relevé moins de plaintes qu'en 2019. En tête des motifs de ces plaintes, on retrouve du côté des locataires les travaux et dépôts de garantie ; quant aux copropriétaires, ils déplorent principalement le montant des charges et les agissements des syndics de copropriété.

Une baisse du nombre de plaintes en 2020 par rapport à 2019

Pour cette année 2020, moins de plaintes de la part des locataires et copropriétaires ont été recensées par la Confédération générale du logement (CGL) : environ 2 500 contre à peu près 2 800 en 2019, soit une baisse de plus de 9 %. Parmi ces plaintes, 70 % ont été déposées par les locataires, le reste par les copropriétaires. « Les ministres ont beau multiplier les lois, les relations entre propriétaires et locataires ne s'améliorent pas. Elles ne répondent pas aux préoccupations quotidiennes des usagers », explique Michel Fréchet, président de la CGL.

Toutefois, le nombre de ces plaintes devrait augmenter en 2021, notamment à cause de nouvelles réglementations sur le logement et de la moindre disponibilité de logements en raison de la crise sanitaire. « La baisse des plaintes enregistrée en 2020 n'est qu'une parenthèse dans une période où les plaintes vont s'accroître à cause de la raréfaction du logement et des nouvelles réglementations liées au changement climatique », analyse le président de la CGL.

 

 

Les travaux et dépôts de garantie sont les points de tension les plus importants pour les locataires

Les principaux sujets de mécontentement pour les locataires sont d'une part les travaux (17,6 % des plaintes) et les dépôts de garantie (environ 15 % des plaintes). En troisième position, arrive le congé (10,3 %). Le dépôt de garantie, importante source de tensions, est à ce jour versé aux propriétaires par les locataires au début du bail ; pour remédier à ce problème, le député LREM Mickaël Nogal envisage de le confier aux agences immobilières et administrateurs de biens. La proposition a été envoyée à l'Assemblée nationale mais n'a pas encore été examinée. Quant au congé, il avait notamment soulevé des interrogations lors du premier confinement, où de nombreux locataires avaient trouvé un nouveau logement mais ne pouvaient pas déménager.

De leur côté, les propriétaires parlent d'un « hold-up ». La CGL désirerait que l'organisme choisi par le député soit plus « neutre ». « Je pencherais pour la Caisse des dépôts par exemple. L'agence immobilière n'a, à mon sens, pas intérêt à aller à l'encontre du propriétaire qui est son client », se positionne Michel Fréchet.

Les copropriétaires se plaignent surtout des charges

Et pour ces copropriétaires, les trois principaux sujets de plainte sont les suivants : les charges (33 %), le syndic (15 %) et les travaux (14 %). Pour les propriétaires individuels, les plaintes concernant les travaux montent à 33 % ; ils dénoncent notamment les malfaçons, prix trop importants ainsi que les retards de livraison.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance habitation

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES