Assurance habitation

APL : qui des coloc ou des locataires y ont plus le droit ?

Publié par le , Mis à jour le 08/03/2019 à 10:45
1426 vues 1 réaction Note

Les colocataires moins aidés que les locataires

La ministre du Logement vient de rappeler que les personnes vivant en colocation percevaient des Aide personnalisée au logement (APL) plus faibles que les locataires seuls. Une différence qui ne devrait pas être comblée a annoncé le gouvernement.

APL : les colocataires moins bien lotis que les locataires

Les personnes vivant en colocation percevraient des APL moins importantes que les personnes vivant en location seule. C’est du moins ce qu’a rappelé la ministre du logement, Emmanuelle Cosse. Une annonce vérifiée par le site Le Particulier. Ce dernier donne l’exemple d’un logement de type 3 pièces en zone 3, loué 500 €/mois hors charges :

  • Si les locataires sont un couple modeste avec enfant et un revenu imposable de 1 500 euros/an, ils percevront 186 euros d’APL/mois ;
  • Si les locataires dont deux colocataires modestes avec un revenu imposable 1 500 euros chacun/an, ils percevront chacun 104 euros d’APL/mois.

La colocation permet de mutualiser une partie des charges

Pourquoi une telle différence ? Parce que le calcul de l’APL se base sur le montant du loyer plafonné, un forfait de charges, sur les ressources et la composition du foyer. Ce qui explique que l’aide au logement est plus faible pour des colocataires c’est qu’elle est égale à 75 % du plafond par rapport à un locataire seul. Cette différence est justifiée par l’argument de la mutualisation de certaines charges en colocations, permettant ainsi de diminuer les dépenses du foyer en colocation. Il s’agit tout simplement d’un calcul plus juste aux yeux du gouvernement qui ne compte donc rien modifier.

Distinction colocation et cohabitation

La CAF (Caisse d’Allocations Familiales) distingue la colocation de la cohabitation :

  • Colocation : deux personnes ou plus partagent un logement mais sans vivre en couple ;
  • Cohabitation : deux personnes ou plus partagent un logement et vivent en couple.

Dans le cas d’une colocation, chaque colocataire doit remplir sa propre demande d’aide au logement en indiquant ses revenus et sa part de loyer. Pour la cohabitation, les deux personnes vivant en couple remplissent une seule et même demande en indiquant les revenus cumulés.

Dans une colocation, le montant de l’APL peut également être différent d’un colocataire à un autre, puisque ce dernier est lié à la part de loyer payé par le colocataire, à ses revenus et à la composition de son foyer. 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
1 RÉACTION
Faux et honteux, on ne mutualise rien du tout en colocation, puisque l'on prend un logement 2 fois plus grand en général, le chauffage coûte 2 fois plus cher et jusqu'à preuve du contraire les colocataires ne fusionnent pas en une seule et unique personne, donc chacun prend des douches, chacun mange... Ils ne divisent pas l'assiette d'une seule personne en 2. Tout est bon, une fois de plus, pour justifier une inégalité de traitement. J'ai rarement lu quelquechose d'aussi kon que cette excuse.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES