Assurance habitation

Un immeuble gonflable en cas de catastrophe naturelle

Publié par le

Une tour gonflable accordéon en cas de catastrophe naturelle

Dans le cas où une catastrophe naturelle frappe un territoire, cette tour gonflable permettrait de venir en aides aux secouristes et populations touchées. Imaginé par des architectes polonais, la structure, qui se nomme « Skyshelter », se déplie tel un origami.

« Skyshelter » : une tour gonflable pour zones sinistrées

Une innovation architecturale pour les situations extrêmes. Des architectes Polonais (Damian Granosik, Jakub Kulisa et Piotr Pańczyk) viennent d’inventer une tour gonflable accordéon qui se déplie et replie à la demande, comme un origami. Lauréats d’un concours organisé par le magazine américain eVolo, ces trois architectes ont imaginé cette structure pour aider les populations touchées par des catastrophes naturelles. Nommée « Skyshelter » (« abri du ciel » en Français), cette tour peut être « soigneusement emballée dans une boîte relativement petite, avec une hauteur minimale et des dimensions de base réduites à l’empreinte du bâtiment », expliquent les architectes. De quoi la transporter aisément et rapidement dans des zones sinistrées. Une fois sur place, ce bâtiment se déploie et peut servir tant aux secouristes qu’aux réfugiés.

 

 

Un bâtiment pour accueillir les secours et la population touchée

Cyclones, inondations, ouragan, etc. : les cas sont multiples et cette invention serait d’un véritable secours. Concrètement, seuls quelques supports ont besoin d’être fixés dans le sol. « Un grand ballon gonflé avec de l’hélium à l’intérieur » est ensuite libéré. La structure se déploie alors. Pour la renforcer et qu’elle puisse résister aux conditions météorologiques les plus extrêmes, des câbles d’acier sont intégrés dans la tour. Bien qu’au stade de simple concept, ce bâtiment devrait rapidement séduire les autorités, pouvoirs publics ou encore services de secours. Beaucoup plus simple à transporter, rapide à installer, ce bâtiment a également une empreinte au sol « environ 30 fois plus faible que les tentes ou les conteneurs ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES