Assurance credit

Contracter un crédit immobilier sur 35 ans est possible

Publié par le

Ce type de crédit se destine aux primo-accédants

L’observatoire Crédit Logement/CSA vient de révéler que de plus en plus de banques proposer des crédits immobiliers sur 30 ou 35 ans. Ce type d’emprunt serait destiné aux primo-accédants et aux jeunes.  

Une offre destinée aux primo-accédants et ménages modestes

Les banques allongent la durée des prêts immobiliers. Alors que les taux de crédit sont relativement bas (inférieurs à 2 %), les prix du marché immobilier augmentent les aides à l’accession baissent. Une situation qui ne facilite pas les acquisitions immobilières puisqu’elle a comme répercussion une chute du pouvoir d’achat immobilier pour de nombreuses personnes. Parmi elles, les plus jeunes et primo-accédants sont particulièrement touchés. Entre mars 2017 et février 2018, le nombre de prêts immobiliers a chuté de 5,2 %.

En réponse à cela et pour attirer cette clientèle, l’observatoire Crédit Logement/CSA vient de dévoiler que plusieurs banques offraient des crédits sur 30 ou 35 ans. Une durée record. « Alors qu’il y a encore quatre ans, seuls 15 % des prêts immobiliers s’échelonnaient sur plus de 25 ans, on en recense en février plus de 30 % », indique Michel Mouillart, économiste et porte-parole du baromètre LPI-SeLoger.

Resolvabiliser les ménages modestes

Proposer d’emprunter sur une période aussi longue permet aux banques de resolvabiliser les ménages modestes en leur proposant de gagner des dizaines de milliers € de pouvoir d’achat immobilier. Et cette solution plaît. Le journal Le Parisien révèle que les emprunts sur 35 ans atteignent 15 % du portefeuille de contrats du Crédit Foncier Communal d’Alsace et de Lorraine (CFCAL), filiale du Crédit Mutuel Arkéa. « Notre produit s’adresse d’abord aux emprunteurs jeunes évidemment, qui rêvent de devenir propriétaires de leur logement mais aussi à tous ceux qui disposent de biens et veulent investir de nouveau ainsi qu’aux actifs, propriétaires de leur logement principal et disposant de trop faibles revenus pour pouvoir emprunter à plus courte échéance », explique Emmanuelle François, directrice générale du CFCAL.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES