Argos: quand les assureurs s'unissent pour retrouver les véhicules volés

Publié par Quentin Bas Lorant le 29/09/2020 à 15:43 , Mis à jour le 08/03/2022 à 00:00

Savez-vous qui part à la recherche de votre véhicule lorsque vous le déclarez volé à votre assurance ? Ce sont agents très spéciaux, ceux d’Argos, un groupement d’intérêt économique (GIE) créé il y a plus de 25 ans, en 1984. Ni association, ni société, un GIE est une structure sans but lucratif, constituée par des acteurs économiques pour faciliter le développement de leur activité.

Une mise en commun des forces des assureurs

En l’occurrence, Argos a été créé par les assureurs eux-mêmes, afin d’alléger leur mission de recherche et de récupération des voitures dérobées, une compétence qui n’est pas à proprement parlé la leur. L’idée est venue à un assureur du Béarn, Bernard Sala, qui dirigeait la succursale de Drouot Assurances dans les Pyrénées-Atlantique. Afin de récupérer des véhicules volés en France, il s’était rendu en Espagne et au Portugal, et avait fait le constat que beaucoup d’entre eux n’étaient pas rapatriés faute d’être tout simplement identifiés.

Mais comme nous le savons, l’idée de mutualisation n’est pas étrangère aux assureurs. Ils ont donc décidé de mettre en commun leurs équipes de récupération des véhicules volés, afin de concentrer les forces et de se donner plus de capacités d’action, y compris à l’étranger.

Une spécificité française à la gouvernance partagée

Une synergie qui a tout pour convaincre il semblerait, puisqu’aujourd’hui 98% des compagnies d’assurance couvrant les vols de voiture sur le marché français en sont adhérentes. La structure est entièrement financée par les assureurs membres, avec une adhésion calculée en fonction de leur part de marché. Elle est ensuite dirigée par un conseil d’administration qui compte onze membres des sociétés d’assurance adhérentes et deux membres de la Fédération Française de l’Assurance (FFA). Une spécificité française dont les missions et les statues évoluent aussi avec le temps.

Depuis 1993, un arrêté ministériel décide qu’un commissaire de la Police nationale lui sera détaché, pour renforcer les relations avec les autorités françaises et étrangères. Aujourd’hui, Argos peut profiter de liens de coopération privilégiés avec les différents corps des forces de l’ordre : la police, la gendarmerie, les douanes, et l’agence de garde-frontières européenne Frontex.

Mais pourquoi les assureurs déploient-ils tant de moyens à la récupération des véhicules volés, qui plus est lorsqu’il s’est déjà envolé pour un pays étranger ?

Des économies pour l’assureur et l’assuré

Tout d’abord pour une question d’indemnisation. Le délai dans lequel l’assureur est tenu d’indemniser l’assuré est de trente jours. Si le véhicule volé est retrouvé avant ce délai, l’assureur n’a pas à sortir le chéquier. Et l’assuré y trouve son compte aussi, car retrouver son véhicule, même cabossé est souvent plus intéressant que le montant de l’indemnisation, qui peut décevoir, selon l’âge du véhicule. Plus ce dernier est retrouvé vite par ailleurs, moins il a subi de dégradations.

Une course contre la montre s’engage donc dès la déclaration du vol pour Argos : ses agents reçoivent tout ce qui lui sera nécessaire de la part de l’assureur : marque, modèle, immatriculation, couleur… Ajoutées aux autres vols, ces données constituent un fichier des voitures volées, qu’Argos recoupe ensuite avec ceux des forces de l’ordre, des douanes et des fourrières et casses : en tout 40 millions d’informations pour remettre la main sur des véhicules de tous types : voitures de tourisme, véhicules utilitaires, poids lourds, deux-roues, tracteurs, engins de chantier, bateaux à moteur, etc.

Un quart des véhicules est retrouvé

Pour quels résultats ? En moyenne, selon Argos, un véhicule volé sur quatre est retrouvé par ses services, et 80% d’entre eux dans les dix jours qui suivent le vol. Pour la branche sinistres IARD (« Incendie, accidents et risques divers ») d’un assureur tel que Generali, cela représente sur une demi-année une économie d’1,2 millions d’euros.

Il reste néanmoins à la charge de l’assureur le montant des réparations, après déduction d’une éventuelle franchise. Pour ne pas avoir de surprise, même en cas de récupération de votre véhicule, il faut bien s’informer sur les garanties de votre contrat auto, et vérifier que vous êtes bien protégés contre les nouvelles techniques de vols.

Comment assurer une voiture qui a été volée ?

Si vous avez réussi à retrouver votre voiture volée, vous serez peut-être tenté de souscrire une assurance avec davantage de garanties.

Pour ne pas revivre cette expérience déplaisante, pourquoi ne pas souscrire une assurance tous risques ? Il s’agit du contrat le plus protecteur, mais qui est aussi le plus onéreux. Il propose de nombreuses garanties comme une protection contre le vol, l’incendie, le bris de glace ou encore la valeur à neuf.

Pour souscrire une assurance auto pas cher, le mieux est de réaliser une comparaison d’assurances. En moins de 5 minutes et sans sortir de chez vous, vous obtiendrez des devis assurance auto gratuits. À vous de les étudier avant de souscrire le contrat qui correspond à vos besoins.

Pour faire plus d’économies, vous pouvez aussi utiliser ces petites astuces :

  • Déclarer les petits sinistres
  • Payer son assurance à l’année
  • Augmenter la franchise
  • Regrouper ses contrats …
Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance auto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

CONSEILS POUR ACHETER SA NOUVELLE VOITURE