Assurance credit

A Paris, il faut gagner plus de 7 000 € par mois pour acheter un 50 m2

Publié par le , Mis à jour le 05/03/2019 à 15:52
105 vues 1 réaction Note

Immobilier : hausse des prix et baisse du pouvoir d'achat à Paris

A Paris les prix des logements ont littéralement explosé ces dernières années. Un phénomène qui impacte très fortement le pouvoir d’achat immobilier et les revenus nécessaires pour acquérir un logement. Actuellement pour s’offrir un appartement de 50 m², un acheteur doit ainsi gagner plus de 7 000 € par mois.

Un taux d’emprunt « seulement » divisé par trois

Il est de plus en plus difficile d’acheter un logement dans la capitale. En dix ans, le prix moyen au m² s’est envolé de près de 62 % dans la capitale. Alors qu’il s’élevait à 6 020 euros en 2009 il atteint aujourd’hui 9 730 €, selon le courtier Vousfinancer. D’après les chiffres de l’Insee et des notaires, les prix dépassent même les 10 000 € au m² dans 9 arrondissements (les sept premiers plus les VIIIe et XVIe). Et alors que dans le même temps, le taux d’emprunt n’a été divisé « que » par trois, le pouvoir d’achat immobilier à très nettement reculé. A Paris ce dernier est passé à 21,2 m², contre 26,7 m² en moyenne en 2009. « Entre 2012 et 2017, la hausse des prix à Paris était compensée par le niveau des taux. Mais ce n’est plus le cas depuis que les prix ont passé le seuil symbolique des 9000 euros le m² début 2018 », indique Sandrine Allonier de Vousfinancer.

Une situation risquée pour les ménages modestes ou primo-accédants

Autre conséquence de cette flambée des prix, les revenus nécessaires pour acquérir un logement se sont envolés. Selon le courtier Vousfinancer, il faut désormais gagner mensuellement 10 600 € pour y acheter un appartement de 75 m² et 7 076 € pour un appartement de 50 m², financé à 100 % via un emprunt (avec 10 % d’apport).

Si les durées de prêts permettent actuellement de compenser cette hausse des prix, les solutions ne sont pas inépuisables. Un phénomène qui n’est pas sans risque pour le courtier : « Même dans un contexte de taux très attractifs il y a un véritable risque de sortie du marché de certaines typologies d’acheteurs à Paris comme les ménages modestes ou les primo-accédants qui n’ont plus la possibilité d’acheter la surface dont ils auraient besoin ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
1 RÉACTION
Apartment f3 60m

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES