Les voitures électriques génèrent-elles plus d'accidents ?

Publié par Quentin Bas Lorant le 08/09/2022 à 14:35 , Mis à jour le 08/09/2022 à 14:56

L’assureur Axa a réalisé une série de crash-tests sur une Tesla pour mieux mesurer le risque que représentent les véhicules électriques. Il en ressort que ces derniers ont une sinistralité en effet plus élevée que leurs cousins thermiques. Ce qui justifie des primes d'assurances auto plus élevées ?

La voiture électrique se démocratise, comme ses sinistres

À l’issue du premier semestre 2022, la part de marché des véhicules électriques a atteint 12% en France, avec près de 100 000 véhicules livrés entre janvier et juin. La démocratisation de cette nouvelle motorisation implique de nouvelles habitudes pour de nombreux automobilistes. Côté assureurs, un nombre toujours plus important de véhicules en circulation permet aussi de mieux évaluer le risque qu’ils représentent sur les routes.

Et c’est justement sur ce point que s’est penché l’assureur Axa en menant une étude en Suisse. La conclusion de leurs recherches est sans appel : les voitures électriques seraient impliquées dans 50% d'accidents de plus que les voitures thermiques. Plus précisément : « les conducteurs et les conductrices de voitures électriques causent 50% de collisions en plus occasionnant des dommages à leur propre véhicule que les propriétaires de modèles traditionnels à combustion ».

Quatre facteurs de risques

Cette sinistralité plus élevée s’explique, selon l’assureur français, pour quatre raisons. Tout d’abord, l’étude révèle un problème d’habitude au couple des voitures électriques. Sur ces dernières, l’accélération se fait en effet de façon plus « fulgurante » que sur les modèles thermiques, ce qu’on l’on nomme effet d'overtapping. Cet emballement brusque s’accompagne souvent d’à-coups à faible vitesse et au redémarrage et génèrerait davantage de collision.

Les spécialistes d’Axa notent également un autre défaut coupable de sur-accidentalité : les bas de caisse des modèles électriques. La batterie étant placé entre les quatre roues, elle se trouve très vulnérable aux chocs latéraux, car trop peu protégée par la carrosserie. Une faiblesse qui entraîne des dommages également plus fréquents et un risque d'incendie de la batterie.

Troisième aspect : le poids des nouvelles voitures électriques. Notamment en raison de leur batterie, elles sont plus lourdes que les voitures thermiques. Ce différentiel provoque de même des sinistres plus destructeurs en cas de choc, car la voiture électrique fera « plus de dégâts » à sa cousine thermique. 

Enfin, le dernier point, plus contesté, concerne le risque d’inflammation plus élevé des véhicules électriques. En réalité, l’étude confirme bien qu’une voiture à batterie n’a pas plus de risque de prendre feu qu’une voiture thermique. Il y a en effet peu de chance que la batterie soit encore sous tension suite à une collision, car celle-ci se déconnecte immédiatement. En revanche, il est vrai que l’explosion d’une batterie peut générer un incendie plus spectaculaire et potentiellement plus dangereux pour les secours : le lithium s’avère être un métal très difficile à atteindre. 

Quel impact sur les primes d'assurances auto ?

Toutes ces données posées, qu’est-ce que cela implique sur le prix des assurances auto pour voitures électriques ? À l’heure actuelle, le coût d’une assurance pour un véhicule à batterie est à peu près équivalent à celui d’une voiture thermique, ou légèrement supérieur. 

Pour l’instant, ce n’est pas la sur-accidentalité des électriques qui expliquent ce différentiel, mais leur prix à l’achat neuves, qui, hors-bonus, est en moyenne supérieur aux équivalents thermiques. Les nouvelles générations de voitures embarquent un grand nombre de technologies et d’équipements onéreux qui sont tout aussi chers à remplacer en cas de sinistre, ce qui explique la prime supérieure appliquée par les assureurs.

Toutefois, avec les années, on peut espérer que les batteries, qui pèsent fortement sur les prix à l’achat, soient de moins en moins chères. La production à plus grande échelle, les progrès techniques, et la relocalisation de la production devraient y contribuer, avec, à la clef, un rééquilibre des primes d’assurances, sauf si, comme a tenté de le démontrer Axa, les véhicules électriques s’avèrent bien, sur la durée, plus accidentogènes. 

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance auto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

CONSEILS POUR ACHETER SA NOUVELLE VOITURE