Comparez gratuitement

Un Français sur deux est opposé aux ZFE, selon la baromètre Allianz/CSA

21 avr. 2023 La Rédaction d'Assurland 144 vues

Assurance auto Comparez gratuitement

Pour la deuxième année consécutive, l'institut CSA a interrogé, en coopération avec l'assureur Allianz, 10 000 Français sur leur perception des Zones à Faibles Émissions (ZFE). L'échéance se fait de plus en plus pressante, puisque dans les métropoles concernées (Grand Paris, Lyon, Aix-Marseille, Toulouse, Nice, Montpellier, Strasbourg, Grenoble, Rouen, Reims et Saint-Étienne), c'est 40 % du parc automobile qui devra être renouvelé dans moins de deux ans. Les véhicules Crit’Air 3, 4, 5 ne pourront plus rouler dans 43 agglomérations de plus de 150 000 habitants d’ici début 2025. Pour évoquer les problèmes posés par cette transition brutale, nous avons rencontré Xavier Terryn, de l'institut d'étude CSA.

On a l’impression que les Français qui seront concernés dans moins d’un an sont un peu au pied du mur, qu’ils n’ont pas anticipé de devoir changer de véhicule. 

Il y a effectivement une pression du calendrier. Les échéances se rapprochent, en particulier la principale : à compter du 1er janvier 2025, tous les véhicules Crit’Air 3, 4 et 5 ne pourront plus rouler dans les ZFE, et les véhicules Crit’Air 2 ne pourront plus rouler en Ile-de-France. À Lyon, cette mesure a été décalée en 2028, ce qui laisse entendre qu’il y a un problème, et que les échéances arrivent trop vite. Par exemple, les véhicules Crit’Air 2 ne sont pas extrêmement anciens, ce sont véhicules essence mis en circulation entre 2006 et 2010 ou des diesels à partir de 2011.

bloc-cta-car
Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance auto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

Y a-t-il eu un déficit d’information, de pédagogie ?

Dans les faits, plus l'échéance approche et plus la connaissance progresse, mais aujourd’hui seuls 51 % des Français peuvent nous donner la bonne définition d’une ZFE. Ce qui laisse une moitié sur le côté. Et si on regarde les individus impactés par les ZFE, 52 % en donnent bonne définition. Donc, même concernés, on n’est pas mieux renseignés ! 

Et les Français sont-ils favorables aux ZFE ?

En 2023, 51 % des Français se déclarent favorables aux ZFE, soit un recul de 6 points par rapport à notre étude précédente (57 % en 2022). On a un niveau de connaissance qui progresse, mais dans le même temps une défiance qui augmente également, car les automobilistes prennent conscience qu’ils vont être concernés. 

Et parmi les 49 % de réfractaires, plus ils possèdent une voiture polluante, plus ils sont opposés aux ZFE. Par exemple, parmi les propriétaires d’un véhicule Crit’Air 4 et 5, la proportion monte à 62 %. Cette population réalise qu’elle ne pourra plus aller en centre-ville avec sa voiture. C’est un vrai problème pour ceux qui conduisent des véhicules assez anciens avec une vraie valeur d’usage alors qu’ils ne valent plus grand chose à la revente. 

"36 % des Français impactés n’ont pas un centime pour acheter un véhicule compatible neuf ou d'occasion, qu’il s’agisse d’une voiture électrique ou d’une essence très récente [...] Plus d'un tiers des répondants n'a pas les moyens de changer de véhicule."

 

Ces automobilistes seront en effet contraints de racheter un véhicule.

Oui, et c’est tout le problème. Dans notre enquête, nous demandons aussi le budget disponible pour acheter un véhicule compatible avec les ZFE. 36 % des Français impactés n’ont pas un centime pour acheter un véhicule compatible neuf ou d'occasion, qu’il s’agisse d’une voiture électrique ou d’une essence très récente. Dans le détail, 28 % des concernés peuvent aller jusqu'à 6 000 euros, 19 % entre 11 500 et 20 000 euros et 17 % seulement plus de 20 000 euros. Mais on retiendra surtout que plus d'un tiers des répondants n'a pas les moyens de changer de véhicule. 

Donc les personnes qui vont être concernées sont aussi celles qui ont le moins les moyens de changer et qui sont les plus opposés à la réforme.

C’est tout à fait cela. Si on regarde dans le détail, les personnes disposant d’un véhicule Crit’Air 4 et 5 sont 41 % à déclarer n’avoir aucun budget pour se mettre à niveau. L’obligation de changer de véhicule se fait en effet dans une période de grande tension sur le marché auto. La pénurie de pièces et la faible disponibilité des voitures neuves font augmenter les prix sur le marché de l’occasion en particulier. On peut rappeler par exemple que le premier prix pour une voiture neuve 100 % électrique est de 20 800 euros (hors bonus) en avril 2023 (la Dacia Spring). 17 % seulement des personnes interrogées ont la capacité de mettre ce prix.

Quelles sont les solutions que vous formulez pour éviter l’impasse ?

Nous formulons deux recommandations pour espérer tenir les échéances : envisager des aides supplémentaires pour les possesseurs d’un véhicule Crit’Air 4 et 5. Et, pour les Crit’Air 3, il faudra sans doute décaler la date d'entrée en vigueur des ZFE, pour que l’objectif soit tenable et socialement acceptable. 

Certains des répondants affirment en effet qu’ils continueront à utiliser leur véhicule polluant

Oui, 36 % des personnes impactées par les ZFE nous disent qu’ils continueront à utiliser leur véhicule, et parmi eux, 20 % doutent que le dispositif entrera vraiment en vigueur. Le décalage de 2025 à 2028 qui a eu lieu à Lyon leur donne un peu raison. Toutefois, l’effet recherché fonctionne aussi chez certains :  33 % nous disent qu’ils pourraient avoir recours à la mobilité partagée, dont les transports en commun. Mais 17 % seulement achèteront un nouveau véhicule compatible.

Existe-t-il une grande fracture sociale au sujet des ZFE ?

Les plus favorables au ZFE sont de jeunes actifs urbains qui ont des alternatives ou qui peuvent acheter un véhicule propre. À l'opposé, ceux qui sont les plus détracteurs sont des personnes âgées de plus de 50 ans, qui habitent dans de petites agglomérations ou en zones rurales, et qui ont un besoin impératif de se déplacer en voiture. Et les plus favorables sont aussi les mieux informés. Le phénomène est très générationnel. Les 18-24 ans se disent suffisamment informés à 63 %. Ils ne sont que 37 % en moyenne, tous âges et profils confondus.


Quelle voiture ne pourra plus rouler en 2025 ?

À partir du 1er janvier 2025, tous les véhicules Crit’Air 3, 4 et 5 ne pourront plus rouler dans les ZFE (Lyon, Aix-Marseille, Toulouse, Nice, Montpellier, Strasbourg, Grenoble, Rouen, Reims et Saint-Étienne) et les véhicules Crit’Air 2 ne pourront plus rouler en Ile-de-France.

Assurland.com vous aide à mieux comprendre l'assurance auto

auto-jeune-conducteur-a Accéder rapidement au résultat de son permis

Il y a quelques années, l'inspecteur du permis de conduire donnait lui-même le résultat à l'issue de l'examen pratique du permis de conduire. Mais des agressions à répétions à l'encontre des inspecteurs ont nécessité un changement : l'envoi des résultats se fait désormais par la poste. Mais il est également possible aux candidats d'obtenir le résultat en ligne, en seulement 48 heures.

Lire la suite
PV-Stationnement Evitez les amendes pour stationnement gênant

Il peut être gênant, très gênant, abusif ou même dangereux. Un stationnement inapproprié peut impacter la circulation des autres usagers de la route. Comment le code de la route sanctionne-t-il cet abus ?

Lire la suite
L'assureur pourra avoir accès aux données du Système National des Permis de Conduire Contrôles du permis par les assureurs

Dorénavant, assureurs et employeurs vont pouvoir vérifier si vous avez subi un retrait de votre permis de conduire. Publié le 24 mai dernier, un décret autorise officiellement l'accès à cette information en cas de sinistre.

Lire la suite
accident-velo-voiture-route Sanctions pour avoir causé un accident de cycliste

En raison de l'augmentation de la population cycliste, les interactions avec les automobilistes sont devenues plus fréquentes. Malheureusement, il en résulte souvent des accidents. Reste maintenant à découvrir qui du cycliste ou de l'automobiliste sera considéré comme responsable.

Lire la suite
contrat-assurance-auto Que faire si refusé par les assurances auto ?

Vous avez été refusé par une compagnie d'assurance et vous ne savez plus quoi faire ? Pas de panique, il existe des solutions pour trouver une assurance auto en cas de refus comme l'appel aux assurances spécialisées ou la saisie du Bureau Central de Tarification (BCT). En quoi cela consiste-t-il concrètement ?

Lire la suite
Vous pouvez avoir recours au BCT BCT et assurance auto : ce qu'il faut savoir

Si votre contrat d'assurance auto a été résilié vous devez obligatoirement trouver un nouvel assureur pour votre véhicule. Cette recherche est parfois compliquée et peut devenir infructueuse car vous pouvez être qualifié de conducteur à risques. Pour aider les conducteurs à la recherche d'assurance automobile, l'Etat a créé le BCT. Autorité administrative indépendante, le Bureau central de tarification (BCT) concerne les assurances obligatoires et vous aide à résoudre ce problème.

Lire la suite