Assurance habitation

Airbnb : 24 millions d'euros de taxe de séjour reversés à 23 000 villes

Publié par le , Mis à jour le 21/01/2019 à 09:17

De nouvelles recettes fiscales pour 23 000 villes

Une nouvelle recette fiscale va bientôt atterrir dans les caisses de 23 000 communes de France. Airbnb va reverser 24 millions d'euros de taxe de séjour. Un montant qui a doublé en comparaison à l’année 2017.

Paris recevra 7.5 millions d’euros de la part de Airbnb

La plateforme de location Airbnb va reverser 24 millions d’euros de taxe de séjour pour l’année 2018 à 23 000 villes. Un chiffre qui a quasiment doublé en l’espace d’un an. Pour preuve, le montant n’était que de 13.5 millions d’euros en 2017. Sans grande surprise, Paris recevra le plus gros montant avec 7.5 millions d’euros devant Nice (1.1 million d’euros) et Marseille (1 million d’euros). Dans une moindre mesure, la ville de Boulogne-Billancourt percevra 120 000 euros, Colmar (90 000 euros) et Dijon (64 000 euros).

Depuis le 1er juillet 2018, à la demande des élus locaux, la collecte et le versement de cette taxe de séjour ont été élargis à 23 000 communes sur 36 000 que compte le pays. En 2015, seules deux villes avaient instauré cette taxe de séjour.

La France est le deuxième marché d’Airbnb devant les États-Unis avec 16 millions de voyageurs hébergés durant l’année 2018 soit une augmentation de près de 40%. Les 23 000 communes qui vont percevoir, d’ici quelques jours, ces montants devraient voir les sommes augmenter pour l’année 2019.

Plus de 2 millions d’euros d’amendes infligés aux propriétaires parisiens en 2018

Airbnb n’est pas seul à mettre la main au porte-monnaie. En effet, pour l’année 2018, la justice a infligé plus de 2 millions d’euros d’amendes à des propriétaires parisiens. Propriétaires qui ont été reconnus coupables d’avoir loué des logements au-delà des 120 nuitées annuels autorisés. En moyenne, ces propriétaires hors la loi ont dû s’acquitter d’une amende de 10 000 euros. D’ailleurs, de plus en plus de fraudeurs seraient identifiés par les services de la Mairie de Paris. Récemment, Ian Brossat, maire adjoint au logement à la mairie de Paris a dénoncé une augmentation des multipropriétaires qui n’hésitent plus à acheter des immeubles pour les transformer en hôtels clandestins.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES