Assurance santé

Cancer du sein : le Sénat souhaite une meilleure information

Publié par le , Mis à jour le 16/05/2019 à 17:40

La loi vise à renforcer l'information après une mastectomie

70% des femmes ayant subi une mastectomie ne bénéficient pas d'une reconstruction chirugicale en raison d'un manque d'information. Le Sénat souhaite changer la donne en rendant obligatoire l’information. En France, 59 000 nouveaux cas de cancer du sein ont été rencensés en 2017.

59 000 nouveaux cas de cancer du sein

Les femmes atteintes d’un cancer du sein seront mieux informées sur la reconstruction mammaire. Le Sénat vient d’adopter une proposition de loi visant à renforcer l’information donnée aux femmes après une mastectomie. Avec quasiment 59 000 nouveaux cas de cancer du sein en 2017, la maladie reste le 1er cancer chez la femme. Selon l’Observatoire sociétal des cancers, le traitement de 20 000 patientes nécessite une reconstruction mammaire après l’ablation totale du sein. Seulement, les malades ne sont pas informées par la procédure. La Ligue contre le cancer évoque au moins 70% des femmes ayant subi une mastectomie qui ne bénéficient pas d'une reconstruction chirugicale en raison d'un manque d'information.

La proposition de loi portée par Catherine Deroche (Les Républicains) souhaite que les femmes soient tenues informées sur « les procédés de chirurgie réparatrices existants, sur leur utilité et leurs conséquences respectives ainsi que sur les risques fréquents ou graves normalement prévisibles ».

La reconstruction mammaire coûte en moyenne 1390 euros

De son côté, Agnès Buzyn affirme partager pleinement « la nécessité de mieux informer les femmes ». Cependant, la ministre de la santé s’interroge sur la nécessité d’inscrire une obligation d’information dans une loi.

Aujourd’hui, la reconstruction mammaire coûte en moyenne 1390 euros. Si l’intervention peut être réalisée sans dépassements d’honoraire dans un hôpital public ou établissement conventionné, de nombreuses patientes se tournent vers le privé. La reconstruction mammaire est prise en charge à 100% par l'Assurance maladie sur une base du tarif conventionnel si la patiente se tourne vers le public.

Concernant la mutuelle, il faut au préalable, que l'acte soit pris en charge par l'Assurance maladie. Lorsque la patiente décide de réaliser son opération dans le privé, la mutuelle peut prendre en charge les frais partiellement ou totalement en fonction du contrat souscrit. Les taux de remboursement de la mutuelle varient et vont jusqu'à 600% de la base de remboursement de l'Assurance maladie.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES