Assurance santé

En France, le nombre de tests explose tandis que la vaccination ralentit

Publié par le , Mis à jour le 24/08/2021 à 17:24

Suite à la huitième allocution du président de la République Emmanuel Macron, une vague de Français avaient décidé de se faire vacciner contre le Covid-19. Mais depuis, l'effet de l'annonce s'est essoufflé, et ce malgré l'extension du pass sanitaire à de nombreuses activités de la vie quotidienne (bars, restaurants, trains, avions...). Conjointement, la demande en tests de dépistage explose.

L'extension du pass sanitaire provoque une ruée vers les tests

Depuis plusieurs semaines, les tests relatifs au Covid-19 sont de plus en plus plébiscités par les Français. Durant la première semaine d'août, 4,2 millions de tests avaient été effectués. La semaine suivante, le record a été facilement balayé avec 5,7 millions de tests. C'est à cause de l'extension du pass sanitaire, permettant d'accéder à de nombreuses activités de la vie quotidienne, que les Français se ruent sur les tests. Ce phénomène peut aussi être expliqué par la panne majeure du système informatique permettant de remettre les pass sanitaires, le vendredi 13 août, suite à un pic de plus d'un million de tests.

Du côté des tests PCR, les chiffres stagnent cependant, à deux millions par semaine. « On est vraiment au pic de nos capacités et il sera très compliqué d'aller au-delà », allègue le vice-président du syndicat des biologistes, Henry-Pierre Doermann. Mais chez les pharmaciens, « on a réussi à en faire plus », environ 3 millions de tests antigéniques, explique Philippe Besset, président du syndicat FSPF. Ce nombre sera difficile dépassé, selon lui, avec « seulement » 12 000 pharmacies pratiquant ces dépistages (on en compte au total 21 000 en France).

Au demeurant, le nombre de barnums permettant d'effectuer un test antigénique augmente, permettant de répondre à la très forte demande.

Les demandes de vaccination tombent peu à peu

Autre effet remarquable, « l'effet de boost commence à faiblir » du côté de la campagne vaccinale, après qu'Emmanuel Macron a annoncé l'extension du pass sanitaire. En trois semaines, le nombre d'injections hebdomadaires est passé de 4,8 à 3,2 millions, d'après les données de la DGS (Direction générale de la santé). En ce qui concerne les premières doses, l'effet de chute est encore plus important, de 2,6 millions à la fin du moins de juillet à 1,1 million durant la deuxième semaine d'août, puis une baisse de 26 % durant la troisième semaine.

Les prises de rendez-vous sont également en baisse. Trois millions de places pour une vaccination avaient été réservées sur Doctolib suite à l'allocution d'Emmanuel Macron. La plateforme de prise de rendez-vous médicaux en enregistrait 700 000 durant la deuxième semaine d'août. Nonobstant, le gouvernement estime qu'il est toujours possible d'attendre l'objectif de 50 millions de primo-vaccinés à la fin du mois d'août car il n'est « pas du tout exclu qu'on assiste à un rebond à l'approche de la rentrée ». Pour Doctolib, ce taux le devrait être atteint le 4 septembre.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance santé

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

}