Assurance santé

La 5G représente-t-elle un risque pour la santé des Français ?

Publié par le

La 5G constitue-t-elle un véritable risque sanitaire ?

Dès l’année prochaine, la 4G sera remplacée par la 5G, nouvelle génération de standards pour la téléphonie mobile, dans les grandes villes aux quatre coins de la planète. Grâce à une réactivité et à une rapidité accrues, les transferts de données seront considérablement accélérés. Toutefois, cette technologie, aussi prometteuse soit-elle, suscite nombre d’inquiétudes à l’instar des compteurs Linky.

De nouvelles bandes à la fréquence plus élevée

Avec des débits jusqu’à dix fois supérieurs à ceux de la 4G, la 5G offrira un temps d’attente lors du chargement d’une page web ou d’un film divisé par dix ainsi que la possibilité de connecter davantage d’objets de manière simultanée à un seul et unique réseau.

En pratique, le réseau 5G reposera sur des signaux transportés par des ondes radiofréquence et utilisera des fréquences que l’on connaît déjà. Toutefois, dès 2025, de nouvelles bandes à la fréquence plus élevée seront employées. De plus, la portée des ondes 5G étant plus courte, des petites antennes, les MIMO, vont être installées.

Pour ses détracteurs, la 5G exposera les Français à des niveaux de rayonnement sans commune mesure avec ce que l’on connaît aujourd’hui. Ainsi, le Centre de recherche et d’information indépendant sur les rayonnements électromagnétiques (CRIIREM) évoque un rayonnement « des dizaines à des centaines de fois plus grandes ». Physicien et membre de la Société française de radioprotection, Sébastien Point estime qu’une telle affirmation constitue l’« aveu d’une incompréhension profonde des lois qui régissent la physique des ondes ».

Des ondes radiofréquence inoffensives

Les anti-5G évoquent pléthore de risques pour la santé du fait des ondes radiofréquence. Ils citent pêle-mêle des maux de tête, des vertiges, des nausées ou encore une altération du rythme cardiaque.

Toutefois, ces allégations semblent peu fondées. En effet, ces ondes ne possèdent pas assez d’énergie pour impacter les cellules du corps ni même notre ADN. D’ailleurs, les ondes qui seront mises à profit pour la 5G transportent moins d’énergie que la lumière.

En revanche, les ondes radiofréquence de la 5G sont capables de faire vibrer les molécules d’eau, entraînant l’échauffement des zones corporelles exposées en cas de dépassement de certains seuils. Heureusement, une réglementation existe sous le contrôle de l’Agence Nationale des Fréquences (ANFR).

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES