Assurance santé

Santé : plus d'un ado sur deux a déjà testé la cigarette électronique

Publié par le , Mis à jour le 19/07/2019 à 14:11

La pratique de l'e-cigarette reste encore occasionnelle chez les jeunes

Si la France compte 1,7 million de vapoteurs quotidiens, qu'en est-il des jeunes ? Selon une étude de l’Inserm relayée par BFM TV, plus d’un ado de 17 ans sur deux a vapoté. Des jeunes qui ont tendance à cumuler l’e-cigarette avec d’autres produits comme le tabac et l’alcool.

2% des jeunes utilisent l’e-cigarette quotidiennement

En quelques années, la cigarette électronique est entrée dans le quotidien des Français. Alors que son efficacité pose question, une étude de l’Inserm révèle que les adolescents sont adeptes du vapotage. En effet, ils sont 52% des jeunes de 17 ans à déjà avoir testé la cigarette électronique. Une pratique qui reste occasionnelle chez cette partie de la population. Alors qu’un quart des adolescents de 17 ans fume quotidiennement, seuls 2% d’entre eux ont adopté le vapotage. D’une manière générale, les jeunes cumulent la cigarette électronique avec d’autres produits tels que le tabac, l’alcool ou la drogue. Ce sont d’ailleurs les garçons qui ont tendance à vapoter. Ils sont 21% à le faire occasionnellement contre 13% des filles.

Des jeunes Américains devenus accros à l’e-cigarette

Fin 2018, les autorités sanitaires américaines tirent la sonnette d’alarme face à ce phénomène. En effet, de jeunes Américains qui ne fumaient pas sont devenus accros à l’e-cigarette. Une addiction qui inquiète en raison des composants de la cigarette électronique. Des produits chimiques qui peuvent augmenter le risque de cancer ou de maladies cardiovasculaires.

Même si la cigarette électronique est considérée comme moins nocive qu’une cigarette traditionnelle, ses effets inquiètent tout autant les professionnels de santé. Pour le moment, les experts n'ont pas assez de recul pour déterminer les effets à long terme de la cigarette électronique. Voilà pourquoi les études sur le sujet se multiplient. En France, les hôpitaux de Paris étaient à la recherche de volontaires pour participer à une grande étude dont les résultats ne seront pas connus avant 2022.   

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES