Assurance santé

Tabac : 1,6 million de fumeurs en moins depuis 2016

Publié par le

Tabac : 1,6 million de fumeurs quotidiens en moins en 2 ans

Le nombre de fumeurs quotidiens a baissé d'1,6 million depuis 2 ans a indiqué Matignon ce lundi 25 mars. Au cours du premier semestre de cette année ce sont 600 000 Français qui ont arrêté de fumer.

600 000 fumeurs en moins au premier semestre 2018

Moins de fumeurs en France. Alors que ce lundi 25 mars doit se tenir le Comité Interministériel sur la Santé, Matignon a d’ores et déjà fait une annonce de poids : depuis deux ans, soit 2016, 1,6 million de personnes ont arrêté de fumer. Après le premier semestre 2018, la France compte 600 000 fumeurs quotidiens en moins. Un nombre qui vient s’ajouter à la baisse d'un million qui avait été observée en 2017 et avait été qualifiée « d’historique » par l’exécutif.

Selon le gouvernement, cette forte baisse s’explique par les nombreuses mesures prises par les pouvoirs publics pour lutter contre le tabac. Parmi ces dernières, il y a bien évidemment la hausse du la hausse du prix des paquets de cigarettes. Alors qu’il y a tout juste 10 ans le paquet coûtait un peu plus de 5 euros, son prix s’élève aujourd’hui en moyenne à 8,5 euros. Une augmentation qui devrait cesser en 2020, dès lors que le paquet sera à 10 euros.

Hausse des prix, paquets neutres, remboursement des substituts nicotiniques, etc.

La hausse des prix n’est néanmoins pas la seule raison avancée. Selon une étude de Santé publique France publiée janvier dernier, l’instauration du paquet neutre en janvier 2017 a fortement refroidi les fumeurs. Ces derniers apprécient bien moins l’aspect de leur paquet de cigarettes et sont dons moins sensibles au marketing. Un phénomène d’autant plus fort chez les plus jeunes. Autre constat : les fumeurs sont gênés de sortir leur paquet « à la vue de tous ». « Cette stratégie (paquet neutre et agrandissement de la taille des avertissements sanitaires) a probablement contribué à dénormaliser encore un peu plus les produits du tabac », écrivaient ainsi l’agence de santé.

A ces deux facteurs il faut y ajouter le remboursement des substituts nicotiniques (patchs, gommes à mâcher et autres pastilles) par l'Assurance Maladie, ou encore le développement d’opérations de santé publiques comme le « Mois sans tabac » en novembre.

Pour rappel, en France le tabac est la première cause de mortalité évitable en France. Il provoque chaque année près de 78 000 décès. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le tabac tue plus de 7 millions de personnes par an dans le monde.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES