Belgique : accident mortel avec une voiture surchargée

Articles sur
le même sujet
Voir plus d'articles
Suivre l'actualité de l'assurance
Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez les dernières actualités de l'assurance ainsi que nos conseils pratiques.
Abonnez-vous !

Guide de l'assurance > Actualité Assurance > Assurance auto > Belgique : accident mortel avec une voiture surchargée

Actualité de l'assurance

Assurance autoVoir toute son actualité

Belgique : accident mortel avec une voiture surchargée

|
Note :
Consultations : 4533
Commentaires : 2
Une voiture surchargée a un terrible accident en Belgique, faisant 7 morts

La Belgique a connu un véritable drame de la route ce week-end avec un accident de voiture spectaculaire. Le véhicule accueillait 7 jeunes alors qu’il n’y avait que 5 places à bord. Comment l’assurance auto gère-t-elle ce sinistre ?

Surcharge dans la voiture accidentée : et l’assurance dans tout ça ?

Alors que dans la nuit de samedi à dimanche 7 jeunes roulaient à bord d’une BMW en Belgique, l’assoupissement supposé du conducteur aurait provoqué un accident mortel, la voiture ayant pris rapidement feu, les passagers bloqués à l’intérieur.

Malgré cette tragédie, la question assurantielle se pose rapidement : l’assurance voiture va-t-elle prendre en charge ce sinistre étant donnée la surcharge du véhicule ? Deux d’entre eux étaient installés devant, 4 sur la banquette arrière et le dernier dans la coffre.

Assuralia, l’union professionnelle des entreprises d'assurances, représentant la quasi-totalité des compagnies d'assurances belges explique que le premier devoir de l’assureur est d’indemniser les victimes. Toutefois, étant donnée la « transgression très importante de l’utilisation normale du véhicule » explique le porte-parole d’Assuralia, l’assureur pourra ensuite se retourner contre l’assuré.
AU regard de la situation, l’assuré étant décédé, l’assureur pourra s’il le souhaite récupérer son indemnisation sur les biens de l’assuré.

Et en France, comment ça marche ?

En France, il n’y a pas de conséquence directe du « non-respect du code de la route » sur le refus d’indemnisation de la part de l’assureur.

Seul le fait d’être tenu responsable ou partiellement responsable a une conséquence sur le bonus malus qui se matérialise sous la forme d’une augmentation de la prime ou par le risque d’être résilié par l’assureur.

Seule une exclusion spécifique au contrat pourrait éventuellement permettre à l’assureur de se retourner contre son assuré. Et c’est le cas pour les cas d’alcoolémie au volant, de consommation de stupéfiant, l’absence de permis de conduire, d’un comportement intentionnel (comme une tentative de suicide), ou si l’accident est causé par une personne en délit de fuite ou en refus d’obtempérer.

Faites jouer la concurrence, comparez les acteurs du marché pour le produit de votre choix !

Assurance AUTO Assurance SANTE Assurance MOTO Assurance HABITATION Assurance VIE Assurance CREDIT Assurance DECES
Laisser un commentaire
Votre nom *
Votre email *
* champs obligatoires
Notez l'article :
2 réactions


Bonjour, J'aurais une question concernant un cas que je ne retrouve nul part qui peut ce comparer à ce genre de sinistre. J'aurais besoin de l'avis d'expert. Dans le cas où un employé a un accident avec un véhicule fourni par son employeur et que ce véhicule de type VUL, par exemple, était en surchrage. Est ce que l'assurance de la flote auto de l'employeur peut se décharger de l'indémnisation en invocant une faute de l'employeur pour n'avoir pas pris "toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs" ? Merci pour vos futur réponses. Cordialement, Vincent


Bonjour,

L’assureur peut réduire voire refuser de garantir un risque dès lors que l’utilisation du véhicule n’est pas conforme à ce qui est indiqué sur la carte grise (ici le poids total transporté).

S'abonner aux actualités par flux RSS
Abonnez-vous à notre flux RSS pour recevoir instantanément les dernières
actualités en direct.
S'abonner aux flux RSS