Assurance auto

Statistiques et prévention de l'alcool au volant

  • Plus de 78 offres d'assurance comparées en 3 minutes
  • Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance auto

La consommation d’alcool serait l’un des principaux facteurs de mortalité routière avec 20 % des décès routiers. Même en respectant la quantité d’alcool autorisée par la loi et fixée à 0,5 g/l d’alcool par litre de sang, il faut savoir que les chances d’être impliqué dans un accident mortel sont multipliées par deux.

Les jeunes conducteurs touchés par l’alcoolémie

Les jeunes conducteurs sont les plus touchés par la consommation d’alcool au volant. En France, Plus de la moitié des accidents mortels des 18-24 ans, sont causés par des conducteurs en état d’ivresse. Les apprentis conducteurs sont le plus souvent, impliqués dans des accidents de la route, à la suite d’une soirée arrosée.

Ainsi, depuis le 1er juillet 2015, un abaissement du taux d’alcool chez les jeunes conducteurs à 0,2 g/l d’alcool dans le sang a été mis en place par la sécurité routière.

cle-voiture-alcool

bloc-cta-car
Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance auto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

Alcool au volant et conduite : quels dangers ?

L’alcool au volant est réellement dangereux. En effet, même en respectant le taux minimal autorisé de 0,5g/l d’alcool dans le sang pour les conducteurs non apprentis, les chances d’être impliqué dans un accident mortel sont doublées. L’alcool ralentit l’activité du cerveau, diminue le jugement du conducteur, ainsi que ses réflexes, provoque des troubles de la vision et favorise la somnolence.

C’est pourquoi conduire en ayant bu est très risqué. Une personne peut rapidement perdre le contrôle de sa voiture sans réellement le réaliser. Sous l’emprise de l’alcool, le conducteur a beaucoup plus de mal à se concentrer qu’en temps normal. Sachez que la consommation d’alcool augmente de 50 % le temps de réaction.

Faire le bon geste au bon moment est alors plus compliqué. Le conducteur pourra par exemple freiner trop tard en cas de danger, ou rouler beaucoup trop vite.

A noter : l’alcool n’est pas le seul élément dangereux pour la conduite. La consommation de stupéfiants ou de médicaments ont également des effets néfastes sur la conduite. Le risque de se tuer sur la route est multiplié par 14 pour un conducteur ayant consommé de l’alcool et du cannabis.

Une consommation limitée à deux verres 

La limite fixée par la loi, est de 0,5 g/l pour les conducteurs qui ne sont plus en permis probatoire, c’est-à-dire qui ont leur permis de conduire depuis plus de trois ans, et qui n’ont commis aucune infraction durant cette période.

La restriction à 0,5 g/l correspond à deux verres au maximum. Cependant, face à l’alcool, personne n’est égal. La plupart du temps, les femmes réagissent plus fortement à l’alcool que les hommes. Cela varie en fonction des différences physiques, que ce soit la taille, le poids, et le taux de graisses corporelles.

Comme les femmes ont un pourcentage de graisse qui est plus élevé, et un pourcentage d’eau qui est moins important que celui des hommes, elles ressentent alors beaucoup plus les effets de l’alcool. En effet, l’alcool a la propriété de se dissoudre dans l’eau.

Ainsi, pour une femme de taille moyenne, un verre équivaut à un verre et demi chez l’homme.

L’alcoolémie augmente les risques d’accident 

Selon la courbe de Borkenstein, les risques d’accidents augmentent lorsque le taux d’alcoolémie s’élève. A partir de 0,6 g/l, le risque d’accident croît rapidement.

  • à 0,5 g/l d’alcool dans le sang, le risque d’accident est multiplié par 2
  • à 0,8 g/l, il est multiplié par 10
  • à 1,2 g/l, il est multiplié par 35

Quelles sont les sanctions encourues ?

Une personne qui roule en état d’ivresse risque une amende, ainsi qu'un retrait de point, voire une suspension ou annulation du permis de conduire.

  • Avec un taux compris entre 0,5 g/l et  0,8g/l, vous serez sanctionné d’une amende de 135 € et un retrait de 6 points sur votre permis.
  • Avec un taux d’alcoolémie supérieur à 0,8 g/l, vous risquez 4500 € d’amende, un  retrait de 6 points sur le permis de conduire, l'immobilisation du véhicule, l'obligation de suivre à vos frais un stage de sensibilisation à la sécurité routière et une peine de 2 ans d’emprisonnement.

Attention : en cas d’accident sous l’emprise de l’alcool et que vous êtes responsable des blessures graves infligées à un tiers, vous risquez alors une amende beaucoup plus onéreuse (30 000 euros). En cas de mort d’un usager de la route, la loi est extrêmement sévère. Ainsi, êtes passible d’une peine de dix ans d’emprisonnement et de 150 000 € d'amende. 

Alcool et stupéfiants, une lourde sanction !

Si, en plus de l’alcool, un automobiliste a consommé des stupéfiants, celui-ci risque une sanction de 9000 € ainsi qu’une peine de 3 ans d’emprisonnement Le tribunal, pourra aussi, suspendre ou annuler son permis de conduire, avec interdiction de pouvoir le repasser pendant une période de trois ans.

En cas de conduite en état d’ébriété, votre compagnie d’assurance auto peut fortement vous sanctionner. En effet, elle peut augmenter votre cotisation d’assurance auto de 150 à 400 %.  Une résiliation du contrat d’assurance peut se faire à l’initiative de l’assureur.

Concernant un automobiliste qui a souscrit une assurance auto « tous risques », les règles sont les même en cas de conduite en état d’ébriété. A la suite d'une résiliation de contrat, il lui sera alors difficile de pouvoir retrouver un nouvel assureur auto qui accepte de le couvrir de nouveau.

Les plus recherchés

Les dernières actualités de l'assurance auto

Vol de voitures Quelles sont les voitures les plus volées en France ?

Coyote publie chaque année son Observatoire des vols de véhicules.Ce rapport dévoile l'augmentation continue de ces crimes observée depuis plusieurs années. Quelles sont les régions les plus touchées ? Quels sont les véhicules les plus volés ?

Lire la suite
réparation auto Réparations auto : quel impact sur votre prime ?

L'industrie automobile française traverse une période marquée par une augmentation significative des coûts de réparation, selon les dernières études de l'association Sécurité et réparation automobile (SRA) et d'autres organismes de recherche. Cette tendance, observée en 2023, souligne une croissance de 7 % du prix des réparations, influencée par le coût des pièces détachées et de la main-d'œuvre, mais également par des disparités géographiques notables.

Lire la suite
prix assurance auto Assurance auto : le prix reste le premier critère

L'impact des contraintes financières et économiques sur les choix des Français en matière d'assurance automobile est mis en lumière par une récente étude de L'Argus de l'assurance et Groupama.

Lire la suite
Marjorie Sigu
Rédigé par Marjorie Sigu

Dernière mise à jour : le 13/03/2024

Découvrir l'équipe rédactionnelle